• News Rugby Toulon Marine

Interview de Julien MAGNANI

Le 11 Novembre marque la reprise de la saison pour le RCMN. Comme chaque année, nos marins affrontent l’armée de terre dans le cadre du Challenge FOCH–RONARC’H.
Avant ce match au Stade de la Rabine à Vannes, Julien MAGNANI, pour sa 5ème saison sur le banc du RCMN, nous présente son équipe et les objectifs de cette nouvelle saison.

Vous sortez d’une saison en demi-teinte, comme tous les ans il y a beaucoup de changement dans l’effectif mais des ambitions intactes ?

L’objectif c’est d’optimiser le temps qu’on va avoir avec ce nouveau groupe, il va falloir travailler vite et bien. La saison dernière le résultat du Crunch je l’ai senti venir, il est à l’image de notre saison. On gagne difficilement le Foch-Ronarc’h, on se fait bouger par les espoirs de Narbonne…

Moi, mon objectif c’est toujours de gagner quel que soit l’adversaire. Evidemment que le match le plus important de la saison c’est contre les Anglais, c’est pour ça qu’on a des contrats rugby et que la Marine nous aide. Mais il y aussi le championnat de France militaire et il faut d’abord bien commencer et gagner le Foch-Ronarc’h.

Vous avez les mêmes problématiques qu’un sélectionneur qui n’a pas à disposition ses joueurs autant qu’il le souhaite en fait ?

Exactement ! Sauf que contrairement à d’autres sélections, moi mes marins quand ils sont embarqués, c’est presque impossible pour eux de se préparer au niveau physique et sur le plan rugby. Quand tu es en mer depuis 4 mois et que 2 jours après tu es sur le terrain ça n’est pas évident ni pour le joueur ni pour le coach !

Toutes les semaines sur les terrains de Pro D2 et de TOP 14 et même avec le XV de France il y a des anciens du RCMN (Vincent Rattez, Dany Priso, Thomas Hoarau, Swan Cormenier, Sadek Deghmache) qui sont passés pro. Est-ce une fierté ? Est ce qu’on le sait assez ?

Dans le milieu du sport militaire ça se sait de plus en plus, pour le grand public beaucoup moins. Sauf quand un Thomas Hoarau par exemple (aujourd’hui pro au RCT) en parle dans les médias. On leur a peut être donné un coup de pouce à un moment mais c’est leur mérite à eux. Nous on est surtout fiers d’eux et fiers qu’ils soient passés par le RCMN car la plupart de ces joueurs nous ont beaucoup apporté.

Un point sur l’effectif, un mot sur les nouveaux arrivants ?

On a changé 13 joueurs parmi nos contrats rugby. Depuis que j’entraîne c’est le plus gros changement. On a beaucoup de travail mais on a fait un recrutement de qualité. Les joueurs que l’on prend sont toujours bons au rugby. Ce qui fait la différence c’est l’état d’esprit, et je crois qu’on a visé juste cette année.

Vous incarnez le RCMN comme joueur puis entraîneur depuis 15 ans Comment envisagez-vous  la suite de votre carrière rugby dans la Marine ou en club ?

Il n’y a pas que moi ! il y a Alexandre Rossi, Sébastien Bénassis, Sam Somnica, et tout le staff qui est derrière. Ils ont autant de mérite que moi. J’ai validé mon diplôme d’Etat d’entraîneur l’année dernière. Je suis reparti pour 3 ans avec le RCMN avant pourquoi pas de me consacrer un jour à un autre projet dans un club. Je reste en contact avec le rugby de club car c’est là d’où je viens. J’interviens de temps en temps avec le club de La Valette. Je sais qu’à un moment je vais laisser ma place à quelqu’un d’autre pour que les joueurs aient un autre discours, d’autres méthodes. Un entraîneur c’est cyclique, s’il reste 20 ans au même endroit il tourne en rond même si on essaie toujours d’évoluer. Le RCMN n’appartient à personne mais j’aimerais bien que des joueurs qui sont avec nous depuis longtemps prennent un jour la relève. Je pense à Julen Gallego, ou Jimmy Peuchaud, j’ai commencé à leur en parler !

Article de Vincent POCHULU

julien1

Signature d'une convention de mécénat avec la Société Générale Toulon

Aujourd'hui a eu lieu la signature d'une convention de mécénat pour la saison 2019-2020 entre la Société Générale Toulon et le RCMN, dans les bureaux de l'agence de la Place d'Armes en présence de Serge Foulatier, directeur commercial régional, et Yves Joly, président de l'association Les Amis du RCMN.

2019 signature convention societe generale 22019 signature convention societe generale 2

Benjamin CHALUTAUD, entraîneur du RCMN, "le rugby dans la marine: une super expérience humaine"

Après 6 années de succès à la tête des filles du RCMN, l’entraîneur Benjamin Chalutaud passe la main à son adjoint Philippe Rotella.

benjamin chalutaud nb2

Joueurs et entraîneurs n’ont pas souvent l’occasion de choisir leur sortie. Bien souvent, l’usure du corps ou de l’âme précipitent les fins de mandat. Benjamin avait 2020 comme horizon, mais début juin à Cherbourg, l’entraîneur des filles du RCMN a trouvé une occasion en or pour tirer sa révérence : une victoire 12-10 contre la British Army lors de la 2ème édition du Challenge Violetta Szabo.

« Le dernier match contre la British Army, c’est ce qu’on a vécu de mieux dans mes 6 années au RCMN sur le plan émotionnel. Je ne peux pas oublier les 15 jours en Australie où on a réussi à ramener le trophée. Mais contre la British Army – le plus haut niveau du rugby féminin militaire - c’était au-dessus », raconte Benjamin, pour qui les circonstances de cette victoire illustrent bien les difficultés et les réussites d’un entraîneur :
« On était 18 sur la feuille de match, on a eu une blessé à l’échauffement et les filles ont tenu 80 minutes et même plus à 15. Je n’ai même pas fait mes deux remplacements. On perdait 10-7 à quelques minutes de la fin et là, j’ai vu un esprit de rébellion. C’est notre cohésion qui nous a permis d’arracher la victoire. Je n’ai eu aucun regret d’annoncer mon départ à l’issue de ce match. Le rugby dans la marine c’était une super expérience humaine”

Pour Benjamin, le rugby c’est la grande passion de sa vie, et ce depuis tout petit :
« À La Rochelle où j’ai grandi, c’est soit la voile, soit le rugby ! J’ai eu la chance de faire toutes mes classes au Stade Rochelais. Je suis de la même génération que Jean-Baptiste Elissalde (actuel entraîneur adjoint du XV de France). On s’est suivis jusqu’en juniors. Il y en a un qui a un peu mieux réussi dans le rugby ! »
sourit Benjamin, qui a évolué aux même postes (9 ou 10) que l’international Français. 

Engagé dans la Marine en 1997 à tout juste 20 ans, Benjamin Chalutaud, formé à Maistrance, a passé 15 ans dans le circuit embarqué. Avec 5 années sur le Charles de Gaulle pour clore cette période. Malgré une carrière de détecteur bien remplie, Benjamin n’a jamais coupé avec le rugby. Avant le RCMN, c’est d’abord le club de Saint-Mandrier qui lui a servi de passerelle entre la Marine et le rugby.

« Saint-Mandrier est un club atypique car il y beaucoup de marins. Tous les rugbymen de la Marine se connaissent. Je suis arrivé en tant que joueur en 1999, et petit à petit, on m’a proposé le poste d’entraîneur joueur. Il y a une équipe féminine à Saint-Mandrier, mais je ne l’ai jamais entraînée. Et puis évidemment, j’ai joué avec le RCMN. »

En 2013, le regretté Stéphane Larrodé quitte son poste. Lors du premier rassemblement à Brest, Éric Georges, l’entraîneur principal se retrouve tout seul au milieu d’une trentaine de filles.

« Quand Éric est revenu, il m’a demandé d’intégrer le RCMN : c’est comme cela que l’aventure a commencé pour moi. C’était en novembre 2013. Je suis devenu entraîneur adjoint en charge des ¾. Je ne connaissais pas le rugby féminin comme coach. Je côtoyais l’équipe féminine de Saint-Mandrier pour quelques ateliers en commun, mais j’avais finalement peu de connaissances du rugby féminin. »

En parallèle avec un engouement croissant pour le rugby féminin en France le RCMN a continué son développement.

« Quand je suis arrivé il y avait déjà des filles de qualité, avec des contrats rugby, d’autres qui jouaient en équipe de France. Petit à petit on a eu de nouveaux contrats, on a su grandir. Avec un grand nombre de joueuses embarquées, leur disponibilité peut parfois poser problème. Mais en même temps, la meilleure des publicités pour le recrutement, ce sont les joueuses elles-mêmes au sein de leur unité, par leur réseau Marine Nationale. »

Benjamin et son staff sont aussi les garants de l’identité Marine de cette équipe pas comme les autres.

« On n’est pas une équipe de club : on est plutôt comme une sélection. On se retrouve 4 fois dans l’année, c’est particulier. On a les valeurs d’une unité embarquée. Quand on part en mission 3 ou 4 mois, il faut vraiment de la cohésion sur le bateau. Et ce qu’on soit 100, 200 ou même 2000 comme sur le porte avion. Quel que soit notre nombre, on retrouve toujours cette cohésion à chaque rassemblement. Elle fait notre force, on la retrouve sur le terrain. On mêle aussi bien des internationales, des filles aux portes de l’équipe de France que des débutantes… Et tout le monde se tire vers le haut !

Jusqu’à cette victoire à Cherbourg contre la British Army : une consécration.

20190608 challenge violette szabo

Benjamin Chalutaud laisse le RCMN entre des mains qu’il connaît bien : celles de Philippe Rotella, son adjoint depuis 4 ans.

« Je lui souhaite autant de bonheur que ce qu’on a vécu ensemble, et de continuer sur la même voie. Il sait que je serai là pour l’aider. J’espère qu’il aura les mêmes résultats sportifs. On a mis la barre assez haute : 10 victoires contre la Royal Navy. Maintenant on arrive même à accrocher la British Army ! »

Avec le passage du Brevet d’Etat d’entraîneur de rugby comme objectif, Benjamin Chalutaud vogue désormais vers un nouveau défi dans le civil avec les garçons… ou les filles !